Bach, J.S. (1685-1750) Imagine. Pièces pour clavecin. Jean Rondeau

711ID+932TL._SL1500_Suite (sonate) bwv 997 en do mineur.

Sonate bwv 964 d’après la sonate bwv 1003.

Chaconne en ré mineur bwv 1004 (tr.J.Brahms).

Partita bwv 1013 en la mineur (tr. S.Delplace).

Concerto Italien bwv 971. Adagio bwv 968 d’après la sonate bwv 1005.

Enregistré à N-D. du Bon Secours, Paris. Juin 2014.

Jean Rondeau, clavecin Knif/Pelto, 2006, d’après des modèles allemands.

Erato/Warner. 2015. 0825646220090. 79m.56s.

Appréciation: Superbe*****

Prélude bwv 997 en do mineur

Allegro finale bwv 964 en la mineur

Bourrée anglaise bwv 1013 en la mineur

Le clavecin n’a pas dit son dernier mot. Mais on l’avait presque oublié. On s’était mis à aimer Bach sur les Steinway, Bösendorfer, et Yamaha de ce monde.

L’instrument utilisé ici se démarque par des résonances sombres. Mais ce sont surtout ses tendres rondeurs qui en font sa personnalité. Dès lors, on est séduit. Ce caractère impérial évident, contrastant sur les crépitements grinçants souvent entendus ailleurs, interpelle l’auditeur dans une écoute des plus confortable.

Jean Rondeau (n.1991) est cet artiste qu’il lui convenait. Des mains caressantes sur les touches, une approche libre qui créer un léger balancement intérieur…il possède ce talent rare de nous faire aimer le clavecin à nouveau. Pour un premier disque, cet élève de Blandine Verlet et Christophe Rousset propose un menu des plus appréciables. D’apparence fantasque, son jeu ne l’est pas du tout. Au contraire, il force le respect. De cette suite bwv 997, connue au luth, il met en lumière un chef-d’oeuvre tardif du vieux Bach, aux portes du style sensible que ses fils pratiquaient déjà. Au côté de la fabuleuse Chaconne, cette suite vaut tout le disque.

Grâcieux, mais tout de même frondeur, le claveciniste français n’hésite pas les audaces, attaquant de pied ferme les fugues sans broncher, leur donnant un élan robuste. De ce fait, rien n’est vraiment figé ou calculé d’avance. La musique bouge, s’articule autour d’une certaine imprévisibilité. Un très beau disque de clavecin. Le bonheur dans la profondeur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :