Poulenc, Francis (1899-1963). Concertos pour piano. Mercier-Lortie. Edward Gardner.

81DZ2n8ZT6L._SL1417_Concerto pour piano S.146 (1949)

Aubade S.51 (1929). Concerto pour deux pianos S.61 (1932).

Sonata S.8 pour quatre mains. Élégie S.175 pour deux pianos. (1959).

Louis Lortie et Hélène Mercier, pianos Steinway.

BBC Philharmonic. Edward Gardner, direction.

Enregistré à MediaCityUK, Salford. Avril 2015. Chandos. 2015. CHAN 10873. 72m.44s.

Appréciation: Sommet du Parnasse ******

Rondeau à la française du concerto S.146

Larghetto du double concerto pour piano S.61

Finale du double concerto pour piano S.61

Probablement le meilleur enregistrement jamais réalisé de l’oeuvre concertante de Poulenc. La prise de son est un régal auditif de tous les instants. Pour impressionner la galerie sur votre chaîne Hi-fi, essayez le Finale du double concerto pour pianos. Les deux instruments parfaitement mis en parallèle se répondent dans une énergie réjouissante, tandis que l’orchestre, auquel Poulenc a donné une variété surprenante de couleurs, est tapissé « mur-à-mur » par chaque instrument. C’est jouissif, grâce également à la direction extrêmement précise de Edward Gardner (n.1974). Louis Lortie et Hélène Mercier, en grande forme technique, sont tout à fait étincelants!

Poulenc peut être considéré comme un « classique-moderne« . Créateur de plusieurs mélodies et d’une oeuvre religieuse considérable, il demeure une figure discrète sur la scène musicale. Il a fait partie du « groupe des Six » à la demande de Cocteau et Satie, en réaction contre le wagnérisme en particulier. Un style clair, élégant, jouxtant de près la mélodie française, et une profusion d’idées musicales pourraient décrire tant soit peu les créations de Poulenc. En fait, ces concertos demeurent inclassables de par leur nature. Ce sont des divertissements brillants et surprenants, parfois mozartiens. Variés par leur orchestration, ils s’échappent des convenances par leurs caractères expansifs. Cocasses, enjouées, jamais ennuyantes, ces pièces sont de véritables petits chefs-d’oeuvre du 20e siècle français.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :