Schubert, Franz (1797-1828) Schubert Sessions. Philippe Sly, baryton. J.C. Britton, guitare.

thumb-1Schubert Sessions. Lieder avec guitare.

Philippe Sly, baryton. John Charles Britton, guitare.

Enregistré à St-Augustin Mirabel en janvier 2016.

Analekta. 2016. AN 2 9999. 59m.13s.

 

Appréciation: Superbe*****

Auf dem Wasser zu singen D.774

Au milieu du miroitement des vagues réfléchies
Glisse, tel des cygnes, le vacillant bateau ;

Ah, sur la douce et miroitante joie des vagues
Glisse au long l’âme comme le bateau ;

Ensuite, du Ciel jusqu’aux vagues
Danse tout autour du bateau le coucher du soleil. 

Ständchen (Sérénade) D.957

À travers la nuit s’élève tout bas
Vers toi la supplique de mes chants;
Ô mon amie, descends donc me rejoindre
Dans la paix du bosquet !

En un murmure bruissent les frêles cimes
Sous la clarté de la lune;
Ne crains point, mon aimée,
Que de traîtres yeux nous épient…

Rien ne se compare aux Lieder de Schubert. Ces chansons intimes nous rejoignent encore par la diversité et l’inventivité de leur conception. La poésie qui s’en dégage nous touche toujours par leur mélancolie douce-amère, et leur climat crépusculaire d’un romantisme idéalisé.

Le jeune baryton Philippe Sly en traduit l’essence avec un naturel désarmant, les vivant de l’intérieur, comme si les Lieder avaient toujours été là, en lui. Sa voix est unique, irradiant les textes d’une bonté d’âme réconfortante. Il y a ce léger tremblement vocal d’une délicatesse gracieuse qui appartient à lui seul, conférant une sensibilité incomparable à la poésie de Schubert…

Cette chaleur d’expression est admirablement bien servie par l’accompagnement à la guitare de John Charles Britton, dont il signe les arrangements. Le pauvre Schubert, n’avait guère les moyens d’avoir un piano chez lui. Mais il pratiquait régulièrement la guitare. Et certains de ces Lieder ont été probablement composés avec cet instrument. On s’étonne de redécouvrir ces oeuvres, tellement les parties de guitare s’intègrent bien aux poèmes. On en oublie facilement le piano. La musicalité du guitariste, qui ne lésine pas à utiliser tous les effets propre à l’instrument, est toujours appropriée et bien sentie. Cette heure avec Schubert sera revisitée régulièrement, car le bien que l’on y trouve est profond. C’est pourquoi cela va perdurer dans le temps. Un disque admirable!

Par contre, la présentation d’Analekta est d’une pauvreté navrante. Aucun poème dans le livret! On ne comprend pas pourquoi une si « prestigieuse » maison de disques offre si peu aux mélomanes. Car nous aimons avoir entre nos mains les paroles et leur traduction! À l’ère du numérique, on nous répète souvent que le disque physique va disparaître…Alors, offrez un produit de qualité et le nuage va toujours rester un nuage. On aime rester en « contact » avec la musique tout comme dans la littérature. C’est tangible et essentiel.

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :