Bach, J.S. (1685-1750) Passion selon St-Matthieu. Bach Collegium Japan. Masaaki Suzuki.

Benjamin Bruns, ténor, l’Évangéliste.

Christian Immler, basse, Jésus.

Carolyn Sampson, Aki Matsui, sopranos.

Damien Guillon, Clint van der Linde, altos.

Makoto Sakaruda, Zachary Wilder, ténors.

Toru, Kabu, basse.

Enregistré en avril 2019 à Saitama Arts Theater, Japon.

Bis Records. 2019. Bis-2500. 161m.59s.

Appréciation: Sommet du Parnasse******

Chorale O Mensh

Aria Erbame dich (Damien Guillon)

Aus Liebe (Carolyn Sampson)

Mein Jesu gute Nacht et Wir setzen uns mit Tränen

Vingt ans plus tard, Masaaki Suzuki revisite le grand chef-d’oeuvre sacré de Jean-Sébastien Bach. L’exécution d’ensemble a atteint une perfection formelle indiscutable. L’acoustique, moins évasive que dans la première production, est plus près des timbres et des reliefs du double choeur, comme des instruments. Je considère cet enregistrement supérieur et d’une réussite exemplaire. C’est une expérience sonore et spirituelle magnifique. On est au coeur de la mélancolie la plus tendre, du pathos et de l’action, du recueillement et la transcendance. C’est l’éternelle histoire de l’homme-dieu, mise en scène avec amour et déférence.

Les solistes sont de haute qualité. Benjamin Bruns en évangéliste est une révélation, très intense et convaincant. Christian Immler, en Jésus, a toute la profondeur vocale souhaitée pour le rôle. Carolyn Sampson et Aki Matsui éclairent la partition par leurs voix cristallines, irréprochables, d’une grâce humble et retenue. Damien Guillon, excellent contre-ténor, est émouvant, fébrile, théâtral. Pour lui, c’est la consécration. Son interprétation du fameux Erbame dich est un moment unique. Le chef japonais, dont la vie entière fut consacrée à Bach, conduit l’ensemble avec toutes les nuances possibles, toujours à la recherche de la perfection et de l’émotion. Dans toute l’histoire de la grande discographie de cette Passion, Masaaki Suzuki vient de signer son véritable testament. Admirable.

5 Réponses to “Bach, J.S. (1685-1750) Passion selon St-Matthieu. Bach Collegium Japan. Masaaki Suzuki.”

  1. André Demers Says:

    Van der Linde est impressionnant, exceptionnel en fait. Mais je suis de ceux qui ont toujours préféré les altos féminins (comme Bernarda Fink ou Anne Sofie Van Otter), dont l’expression est plus naturelle.
    Depuis l’ère du numérique, les haute-contres ont «écrasé» le marché des partitions pour altos. Chez Bach, ce sont les plus belles partitions.

    • Helen Watts est aussi un bel exemple. Version Otto Preminger, 1962. Autre époque, autre style. Son Erbame dich est beau à faire pleurer les pierres!

      Télécharger Outlook pour Android

      ________________________________

    • C’est plutôt Damien Guillon qui interprète l’air. L’erreur vient du livret qui spécifiait que l’alto II l’interpretait, alors que c’est toujours l’alto I. Je n’ai pas vu la différence malheureusement.

  2. guillon Says:

    Bonjour,
    Je viens de prendre connaissance de votre article concernant cet enregistrement. Vous faites erreur dans la distribution des Airs d’Altos, « Erbarme dich » n’est pas chanté par Clint van der Linde comme indiqué dans votre critique, mais par Damien Guillon.

    • L’erreur vient du livret qui spécifiait que l’aria Erbame dich était chanté par l’alto II, ce que je trouvais inhabituel. Toutes mes excuses. Le texte a été corrigé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :