Bach, J.S. (1685-1750) Les Suites Anglaises. Paolo Zanzu, clavecin.

71OUGgxiSvL._AC_SL1200_

Suites no.1-6 bwv 806-811

Clavecin Sydey-Bal, Paris 1995 d’après Silbermann c.1735

Enregistré en 2017-18. Lieu non spécifié.

Musica Ficta. 2020. MF8032/3. 2cds. 130m.40s.

Appréciation: Sommet du Parnasse******

Prélude la suite no.2 en la mineur bwv 807

Allemande de la suite no.3 en sol mineur bwv 808

Bourée I-II de la suite no.3 en sol mineur bwv 808

Gigue de la suite no.6 en ré mineur bwv 811

Paolo Zanzu nous offre l’une des meilleures interprétations des Suites Anglaises de Bach. Du moins, c’est la plus convaincante que j’ai entendu jusqu’à maintenant au clavecin. Je suis tombé un peu par hasard sur cet album sorti l’an dernier. Je cherchais des interprétations au piano de ces suites sur le catalogue Naxos. J’ai immédiatement été happé par la hardiesse du jeu de l’artiste et de la sonorité exceptionnelle de l’enregistrement. Instrument moins apprécié que le piano moderne, le clavecin demeure néanmoins un témoin essentiel de l’époque fastueuse du baroque. Il reste proche des intentions du compositeur, puisque c’est pour lui, mis à part l’orgue, que Bach a créé ses meilleures pages pour clavier.

Primo: l’instrument à deux claviers de Anthony Sidey est d’une magnificence rare. Construit à partir d’un Gottfried Silbermann, facteur connu et respecté de Bach, ce clavecin est le compagnon idéal pour jouer ces grandes suites, dont la densité et la complexité ne demandent pas mieux. Riche palette de sons, résonances somptueuses, clarté et amplitude, cet instrument possède également des aiguës des plus agréables.

Secondo: Le musicien italien infuse une énergie vive à ces pages certes touffues, mais ô combien satisfaisantes du grand Bach. Paolo Zanzu sait lier les mesures, leur conférant une respiration aérée, tout en maintenant une tension rigoureuse d’une main gauche imperturbable. Car c’est bien du Bach que nous entendons. Son langage unique pourrait se traduire par un amalgame de motifs raffinés à la française, supportés d’une solide motricité très allemande. Les Préludes et Gigues sont souvent attaqués de front, sans ménagement pour l’auditeur, d’une puissance rythmique captivante. (Diabolique gigue de la 6e suite!) Tandis que les Allemandes et Sarabandes sont caressées à la manière des luthistes, par un jeu d’accord brisé fort gracieux.

Tertio: La prise de son est généreuse, près de l’instrument, mais évite heureusement les piqués trop grinçants que l’on retrouve souvent dans les enregistrements du clavecin. Pour éviter leur côté agressif, les preneurs de son semblent s’en éloigner souvent, ce qui nous fait perdre en revanche leur beauté étincelante. Ce n’est pas le cas ici, les ingénieurs ont su trouver un juste équilibre, en restituant également l’ambiance sonore du lieu par une subtile réverbération.

Les Suites Anglaises de Bach, à l’instar des Françaises et des Partitas, demeurent un peu en marge par leur poésie parfois très noire. Le compositeur leur a donné une rigueur peu commune, d’une architecture quasi opaque, heureusement allégée par ses danses lumineuses. Paolo Zanzu a su mettre en contraste les facettes variées de ces oeuvres audacieuses pour clavier.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :