Haydn, Joseph (1732-1809) London Symphonies. Roger Norrington.

eyJidWNrZXQiOiJwcmVzdG8tY292ZXItaW1hZ2VzIiwia2V5IjoiODkxNTQ4NC4xLmpwZyIsImVkaXRzIjp7InJlc2l6ZSI6eyJ3aWR0aCI6OTAwfSwianBlZyI6eyJxdWFsaXR5Ijo2NX0sInRvRm9ybWF0IjoianBlZyJ9LCJ0aW1lc3RhbXAiOjE2MjAzMDA4MzN9

Symphonies no.93-104.

Radio-Sinfonieorchester Stuttgart des SWR.

Roger Norrington, direction.

Enregistré live à Liederhalle, Stuttgart en sept. 2009

SWR Music. 2021. SWR19527. 4 cds. 4h 56m.

Appréciation: Sommet du Parnasse******

Adagio-Allegro Symphonie no.93

Andante Symphonie no.94 « Surprise »

Menuet-Allegretto Symphonie no.99

Finale spirituoso Symphonie no.104

Les 12 dernières symphonies de Haydn ont été composées entre 1791 et 1795 lors de ses deux voyages à Londres. À ce moment, Haydn était considéré comme le plus grand compositeur du monde. Il dirigea lui-même ces oeuvres devant un public conquis d’avance. Les concerts furent un triomphe. Ces dernières symphonies démontrent une étonnante créativité pour un compositeur qui venait d’en composer 92 au cours de sa carrière! En fait, elles demeurent encore parmi ses greatest hits de tout son imposant catalogue.

Enregistré entre le 7 et 12 septembre 2009 lors d’un festival à Stuttgart, ce nouveau coffret réuni ces prestations devant public. Le chef britannique Roger Norrington, connu pour ses ré-interprétations à l’ancienne, a complètement décapé le son des instruments modernes de l’orchestre Stuttgart. Le chef suit de près les formules historiquement bien informées. Ainsi, le vibrato des cordes est exclu, les phrasés sont incisifs, les contrastes véhéments. L’orchestre est léger, réduit aux proportions des exécutions fin 18e siècle. La musique de Haydn reprend vie, rehaussée d’un piquant vif et intense.

Dès la première écoute, c’est l’énergie irrésistible et la fugacité des rythmes qui nous surprennent au plus haut point. D’une direction maniaque de précision et de virtuosité, (extraordinaire finale de la 104e!) Norrington a su transmettre cette vigueur à l’ensemble, lui conférant autant de cocasseries, d’humour contagieux que de grandeur d’âme. On redécouvre ici toutes les humeurs de Haydn, son sens de la mélodie candide et de la surprise. Ce splendide coffret est un hommage bien vivant à sa musique. Que du bonheur. Applaudissements nourris de bravos!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :