Bruch, Max (1838-1920) Quintettes et Octuor posthumes. WDR Chamber Players.

eyJidWNrZXQiOiJwcmVzdG8tY292ZXItaW1hZ2VzIiwia2V5IjoiODkxNjE2MC4xLmpwZyIsImVkaXRzIjp7InJlc2l6ZSI6eyJ3aWR0aCI6OTAwfSwianBlZyI6eyJxdWFsaXR5Ijo2NX0sInRvRm9ybWF0IjoianBlZyJ9LCJ0aW1lc3RhbXAiOjE2MjA4MTIxNDR9Quintette à cordes Mib majeur op.posthume (1918)

Quintette à cordes La mineur op.posthume (1918)

Octuor à cordes Sib majeur op.posthume (1920)

WDR Sinfonieorchester Chamber Players.

Enregistré à Philharmonie Köln en 2020.

Alpha. 2021. Alpha 743. 67m.39s.

Appréciation: Sommet du Parnasse******

Allegro du Quintette en La mineur

Adagio de l’Octuor en Si bémol majeur

Final du Quintette en Mi bémol majeur

Jusqu’à la toute fin de sa vie, Max Bruch est resté fidèle à lui-même. Décédé en 1920 à l’âge vénérable de 82 ans, son parcourt musical embrasse toute l’époque romantique. Il a rencontré les plus grands musiciens et compositeurs de son temps. Il fut connu par toute l’Europe, surtout grâce à son concerto pour violon op.26, qui est l’un des plus enregistré au disque. Il a composé plus de 200 oeuvres qui sont restées dans l’ombre pendant longtemps, éclipsées en particulier par le grand Johannes Brahms.

Toute cette belle époque est désormais loin derrière lui. Les temps ont changé, la première guerre mondiale fait rage, la musique moderne du 20e siècle fracasse les conventions. Bruch se tournera vers la nostalgie et fera ses adieux à ce monde qu’il ne reconnait plus.

Les deux quintettes et l’octuor posthumes n’ont été édités que récemment. Ces grandes pages étaient encore à l’état manuscrit, dormant dans une bibliothèque de la BBC et entre les mains de collectionneurs privés. Véritables chants du cygne, ces pièces sont riches en souvenirs pour le compositeur. Il reprendra quelques thèmes tirés d’oeuvres antérieures, dont le magnifique final de sa troisième symphonie de 1882, qu’il adaptera avec émotion au 4e mouvement du quintette en Mi bémol. Par ailleurs, la musique y est également d’une étonnante densité. Bruch a généré de puissants passages, incandescents et virtuoses, en particulier au premier violon, instrument auquel il resta toujours attaché.

Sur ces feuillets oubliés par le temps, les traces des derniers sentiments du compositeur sont révélées avec force et conviction par les musiciens de Cologne du WDR Chamber Players. La chaleur de leur interprétation est irradiante. Elle nous met en relation profonde avec ces opus ultimes de Max Bruch, le dernier des grands romantiques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :