Archive for the Locatelli Category

Giuliano Carmignola. The Sony Recordings. Venice Baroque. Andrea Marcon.

Posted in Bach J.S., Locatelli, Nouveautés 2015, Vivaldi on 18 juillet 2015 by rfauclair

816Tk6QdLFL._SL1500_Quatre Saisons op.8 et 12 concertos tardifs de Vivaldi.

Les Six Sonates pour violon et clavier de Bach.

4 Concertos de Locatelli de l’arte del violoni op.3

Oeuvres pour luth et violon de Weiss, Kropfgans, Kohaut et Rust.

Enregistré entre 1999-2002 à Manzano et Venise. Sony Music. 2015. 88875051512. 7cds.

Appréciation: Excellent*****

Largo-Andante molto RV 258 de Vivaldi 

Allegro-Capriccio op.3 no.11 de Locatelli 

Largo et Allegro de la sonate bwv 1018 de Bach

Le grand Carmignola nous revient dans ce coffret abordable qui fait le survol d’une carrière exceptionnelle. L’archet vigoureux du violoniste italien redonne vie aux sempiternelles Saisons de Vivaldi et à quelques concertos de sa dernière période. Enregistrés en première mondiale, ces concerti étonnent par leur souffle magnanime et la quiétude qui s’en dégage et ce, malgré une signature qui nous est très familière. Mais ici, nul place à l’ennui. Carmignola est libre comme l’air et ses fabuleux staccatos éblouissent toujours. Le Venice Baroque est d’une richesse de son, efficace et profond, sans faute de goût ou d’extravagance.

Pour les sublimes sonates de Bach, Carmignola est … surprenant de sobriété, si l’on peut dire. On s’attendait à une désinvolture toute italienne aux ardents prestissimo ou à un ego démesuré. Il n’est n’est rien, heureusement. Bach est traité avec respect et émotion. Andrea Marcon, au clavecin souple et bien en chair, est le compagnon idéal sur ce parcours de pèlerins en quête d’absolu…Dès lors, beaucoup de versions que nous avions entendues perdent de leur éclat.

Fidèle représentant de l’après Vivaldi, le frivole Locatelli en met plein la vue dans l’ Arte del violono. La démesure est au rendez-vous, notamment dans les cappriccio, sorte de cadence improvisée et souvent très difficile à jouer. Carmignola s’empare de ces difficultés et les transforme en…facilité! Tout de même, la musique de Locatelli demeure de seconde zone et frise parfois le ridicule tellement elle est gratuite. Mais en concert, l’effet de performance est toujours apprécié, bien sûr!

Le dernier disque est de moindre valeur, puisqu’il est dédié à des oeuvres pour luth et violon, sans que ni l’un ou l’autre des l’interprètes puisse briller réellement. Dans l’ensemble un très bon coffret…et pas cher du tout.