Archive for the Telemann Category

Telemann, G.P. (1686-1767) Ein feste Burg. Ensemble Johann Rossenmuller.

Posted in Telemann on 23 février 2017 by rfauclair

71x-bx4i9kl-_sl1500_Wertes Zion sei getrost twv 1:1606

Jesu wirst du bald twv 1:988

Herr Gott, der du uns hast…twv 1:742

Ein feste Burg ist unser Gott twv 1: 419

Welch Getümmel twv 1: 1546

Kammerchor der Erlöserkirche Bad Homburg.

Johann Rosenmüller Ensemble. Susanne Rohn, direction.

Christophorus. 2017. CHR 77405. 73m.22s. Appréciation: Superbe*****

Wertes Zion , duetto pour soprano et basse

Jesu wirst du bald erscheinen, aria pour ténor

Herr Gott…pour le jour de la Réformation (no.742)

Le solennel et le grandiose. L’innocence et le recueillement. La relative simplicité de l’oeuvre de Telemann est relevée ici par des voix sincères et humbles. Ce choix esthétique, discret du point de vue vocal, invite plutôt à une écoute paisible qui évite toute théâtralité excessive. Car c’est bien de la musique d’église que nous écoutons, et Telemann y met toujours un grand soin pour permettre aux fidèles de s’y reconnaître.

Des cinq cantates proposées, choisies autour du jour de la Réformation, seulement une avait été enregistrée jusqu’à présent (Wertes Zion). C’est donc un disque de première mondiale. De ce lot, la cantate no. 742 (!) est particulièrement douce et d’une beauté incomparable. Encore une de ces oeuvres dont Telemann a le génie d’atteindre le seul but important pour lui: l’âme et la foi du fidèle. Ces poésies sacrées peuvent encore nous servir en 2017, que nous soyons croyants ou non. S’il ne reste que la musique de tout ça, c’est déjà un grand bien pour notre siècle incertain et chaotique.

Prise de son magnifique, réverbérée et vaste, qui vient heureusement pallier à quelques faiblesses du choeur, d’aspect quasi communautaire, mais tout de même fervent et chaleureux.

 

 

Trésors Baroques. Centre National des Arts du Canada. Pinchas Zuckerman.

Posted in Bach J.S., Telemann on 26 septembre 2016 by rfauclair

81wlnn7uicl-_sl1425_Handel: Sinfonia « La Reine de Saba »

Bach: Concerto pour hautbois et violon bwv 1060.

Ouverture bwv 1068 en ré.

Telemann: Concerto pour alto en sol majeur.

 

Vivaldi: Concerto pour violon et violoncelle rv 547.

Tartini: Pastorale pour violon (arr.Respighi).

Pinchas Zuckerman, violon et alto. Amanda Forsyth, violoncelle. Charles Hamann, hautbois.

Enregistré à Southam Hall, Ottawa en novembre 2015.

Analekta. 2016. AN2 8783. 74m.29s. Appréciation: Bien ***

Largo-Allegro du concerto pour alto de Telemann

Aria de la suite en ré de Bach

Par son programme traditionnel de musique baroque, ce disque confortable et sans surprise est un pur produit de masse. On a entendu ce genre mille fois ailleurs dans tous les styles d’interprétation. Le consommateur peu averti qui ne désire meubler son salon que de cette façon y trouvera son compte.

En 2016, cette approche historiquement peu informée peut provoquer une indifférence complète chez le mélomane habitué aux sonorités des instruments historiques. On a ici plutôt l’impression d’entendre l’Orchestre Jean-François Paillard… Cela nous fait reculer profondément dans les 60’s. (L’Ouverture en ré de Bach peut faire sourire quelques baroqueux par l’anachronisme de ses lourdes notes pointées…ouf!).

Pourtant, cette manière onctueuse classique/nostalgique de livrer Bach et compagnie, est de bon aloi. Cela s’écoute sans peine, dans une belle paresse de matinée dominicale. Payer, emporter, relaxer.

 

 

Telemann, G.P. (1681-1767) Cantates pour Pâques, L’Ascension, St-Michel et la Pentecôte.

Posted in Nouveautés 2015, Telemann on 5 avril 2015 by rfauclair

71ReMk0DgaL._SL1200_61RtLMV3ycL

Collegium Vocale Siegen. Hannover Hofkapelle. Ulrich Stötzel, direction.

Hanssler Classic. 2011 et 2015. 98.624/98.047. 48m.51s et 58m.04s.

Appréciation: *****

Choral Ich weiss, dass mein Erlöser lebt de la cantate de Pâques tvwv 1:873

Aria Weg ihr traurigen Gedanken pour basse de la cantate de Pâques tvwv 1:873

Choral final de la cantate de Pâques tvwv 1:873

Aria Tobe nur, Satan! pour basse (Klaus Mertens) de la cantate pour la St-Michel tvwv 1:473

Aria Geist des Trostes und der Gnabe pour alto de la cantate de Pentecôte tvwv 1:243

Les six cantates présentées en deux volumes ont été composées successivement vers 1720 et 1750. Telemann, le plus prolifique compositeur de tous les temps (3600 oeuvres!) a eu une très longue vie. Il a composé plus de 1500 cantates en plusieurs cycles. À un âge très avancé, alors qu’il n’avait plus d’obligation à fournir aux églises du nouveau matériel, Telemann en produisait tout de même…« pour le plaisir », selon ses dires.

Le premier volume nous ramène vers 1720, où son style épuré et simple a déjà atteint une maturité surprenante. Le deuxième disque est plutôt axé vers l’avenir. Le compositeur utilise en effet, à bon escient, les nouvelles tendances « rococco » qui annoncent C.P.E Bach et les créateurs du style galant. En général, les cantates de Telemann sont agréables à écouter. Ravissantes et élégantes, ces pages religieuses font plutôt l’effet d’un sourire que de nous porter au recueillement. La langue allemande, en générale peu propice au chant, est assouplie par un traitement fort harmonieux. Autour de cette apparente facilité, des idées géniales et une invention instrumentale qui se renouvelle sans cesse.

Malgré ces qualités indéniables, son oeuvre est tombée complètement dans l’oubli après sa mort. À l’instar de J.S.Bach, dont on a répertorié seulement 200 cantates sacrées, considérées comme de pures chefs-d’oeuvre vocales et instrumentales, Telemann n’a jamais atteint cette quintessence. Mais sa sincérité et son talent inépuisable nous surprenne à de nombreux carrefours, parmi d’innombrables sentiers tracés par le maître d’Hambourg.

Telemann, G.P. (1681-1767) Suites et Concertos. Apollo’s Fire. Jeannette Sorrell.

Posted in Telemann on 30 avril 2012 by rfauclair

51PF2VNXFXLsorrell_jeannetteConcerto Polonais en sol. Concerto en mi mineur pour flûtes. Grillen Symphonie. Ouverture burlesque. Suite Don Quichote. Apollo’s Fire Baroque Orchestra. Jeannette Sorrell, direction. Enregistré à St-Paul Episcopal Church, Cleveland en 2002. Koch Classics. 2005. KIC-CD-7576. 63m.33s. Appréciation: Superbe*****

Suite Burlesque twv 55:b8

Ouverture

Scaramouches

Colombine

Menuets I-II

Mezzetin en Turc

L’inépuisable Telemann est très bien servi au disque. Tandis que Reinhard Goebel et le regretté Musica Antiqua de Cologne l’ont remis au monde en y insufflant une fièvre contagieuse, d’autres, comme Jeannette Sorrell y ont apporté une signature bien personnelle et complètement différente. Ce qui la distingue? La grâce toute féminine de son approche. Les contours attendrissants des lignes mélodiques et l’équilibre qu’elle y apporte sont d’une beauté indiscutable. Un enchantement pour le plexus solaire en plein coeur de la poitrine. 🙂