Wagner, Richard (1813-1883). Airs d’opéras. Evgeny Nikitin. Philharmonique de Liège.

81rDVgg33FL._SL1400_Ouverture du Vaisseau fantôme. Die Frist ist um, Acte 1.

Lohengrin: Prélude act 111. Introduction et Acte 11, scène 1.

Tannnhaüser: Lied an den Abenstern, Acte 111, scène 2.

Götterdämmerung: Marche funèbre de Siegfried.

Die Walküre: Wotans Abschied. Acte 111, scène 3.

Michaela Schuster, mezzo-soprano. Orchestre Philharmonique Royal de Liège.

Christian Arming, direction. Naïve. 2015. v5413. 72m.27s.

Appréciation: Sommet du Parnasse ******

Marche funèbre de Siegfried 

Étoile du soir, tiré de Tannhäuser 

Les adieux de Wotan, tiré de Walkyrie.

Evgeny Nikitin (n.1973) dit l’homme tatoué, est une véritable révélation dans ces extraits d’opéras de Wagner. Des déclamations sombres du capitaine damné du Vaisseau fantôme, aux tendres complaintes du Tannhäuser, jusqu’aux adieux de Wotan, il y a ici l’émergence d’un artiste d’exception. Sa voix claire et puissante combinée à une tessiture impressionnante permet au baryton russe d’enfiler les rôles avec aisance, de s’en accaparer et nous emporter avec lui. Il y a également l’impression d’assister à quelque chose d’unique, de mémorable…comme à l’opéra. La métaphysique, le spirituel et quoi d’autre…Le grand frisson que tout mélomane recherche comme le Saint-Graal!

Le choix des pièces, rarement entendues isolément, nous permet de découvrir de véritables « tubes« . Coup de maître judicieux d’explorer brièvement l’art de Wagner, tant vocal qu’orchestral, il y a de fortes surprises au programme. L’air extrait du Tannhäser fait penser à Verdi (!). Le long dialogue entre Friedrich et Ortrud (superbe mezzo Schuster) du Lohengrin s’écoute avec un intérêt constant, et le temps semble s’arrêter. Les adieux de Wotan, préfigurant les derniers lieder de Richard Strauss, est un moment béni des dieux…C’est le pouvoir magique de la musique de Wagner.

L’orchestre royal de Liège est digne de mention. Grâce à une sonorité large et profonde, il est mouvant, organique et vivant. Il est un véritable témoin de l’action scénique, y prenant part entièrement et rend justice, en un sens, aux intentions originales de Wagner dans l’art total. Le chef autrichien, très en demande à l’opéra, en est le principe actif, le déclencheur du grandiose, comme du merveilleux. Un disque qui sera combler autant le néophyte que les plus ardents passionnés de Wagner. L’extase, rien de moins. (n.b.textes des extraits traduit en français.)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :