Archive pour Les Sommets

Bach, J.S. (1685-1750) Variations Goldberg. Jean Rondeau, clavecin.

Posted in Bach J.S. with tags on 27 mars 2022 by René François Auclair

61AJi5QtRwL._AC_SL1200_

Clavecin Jonte Knif & Arno Pelto selon un modèle allemand.

Enregistré en 2021.

Erato/Warner. 2022. 190296508035. 104m.13s.

Appréciation: Sommet du Parnasse******

Variation III canone alla unisono

Variation VI canone alla seconda

Variation XXI canone alla settima

Jean Rondeau nous invite à s’installer confortablement, à prendre place à l’intérieur de cette oeuvre magistrale qui défie le temps. Il propose 104 minutes et 13 secondes en dehors du monde, l’une des plus longues de la discographie, façonnée de doux balancements qui s’harmonisent au gré de la progression naturelle des choses. L’état constant de méditation qui se créer au fil de l’écoute est unique.

Le claveciniste recréé les Goldberg en jouant d’audace, en prenant le temps qu’il faut pour déposer chaque phrase de la manière la plus tendre qui soit, soumise à une impériale lenteur. La sonorité de l’instrument est d’une magnificence rare, s’épanouissant vers une réverbération large mais parfaitement contrôlée. Jean Rondeau signe ici l’une des interprétations les plus distinctives et personnelles des Variations Goldberg au clavecin. Admirable.

Chostakovitch, Dmitri (1906-75) Jazz Suites. Orchestre National d’Ukraine. Theodore Kuchar.

Posted in Chostakovitch with tags on 12 mars 2022 by René François Auclair

ImageGen

Jazz Suites. National Symphony Orchestra of Ukraine. Theodore Kuchar. Brillant Classics.2006. 8480.

Appréciation: Sommet du Parnasse******

Waltz no.2

À mon avis, c’est le meilleur enregistrement de ces suites pour le jazz que le grand Chostakovitch a composé. À l’origine, ces pièces ont été créées en 1934 et 1938 dans le cadre d’un concours national à Leningrad pour rehausser le niveau de jazz en URSS. Par contre en 1956, le compositeur proposa une autre oeuvre similaire: Suite pour orchestre de variété no.1 qui réunit diverses pièces déjà existantes. Elle comporte huit mouvements, dont sa célèbre Valse no.2 qui a fait le tour du monde, grâce au cinéma (Eyes Wide Shut de Kubrick) et notamment dans plusieurs publicités.

L’instrumentation, riche et diversifiée, inclue deux pianos, deux saxophones altos, deux ténors, une guitare, un accordéon et une panoplie de percussions, dont un xylophone et un vibraphone!

La musique est joyeuse, amusante, pleine d’élan folklorique, mais dans le fond peu jazzée, si ce n’est que par son instrumentation. Ces pièces insouciantes et légères sont à l’opposé de ce que Chostakovitch a réellement vécu sous le régime de terreur de Staline. Le réalisme socialiste du régime stalinien a en effet fait beaucoup de mal aux artistes de cette époque. La dictature a forcé certains à s’exiler ou à être emprisonnés.

Aujourd’hui, l’horreur continue de s’imposer en Ukraine. Le choc a été brutal pour tous. On assiste impuissant à une autre dictature qui fait mal à son voisin. L’Ukraine est dévastée dans l’incompréhension. Ce peuple riche en culture, en musiciens, artistes, travailleurs, dont nous avons encore beaucoup à apprendre, nous ressemble tous.

Je dédie cette Valse no.2 à tous ceux qui veulent la paix, russes, ukrainiens et tous leurs voisins. Parfois, il ne reste que la musique à partager pour atténuer la souffrance.

Mozart, W.A. (1756-1791) Concertos pour violon. Gil Shaham. SWR Symphonie Orchester. Nicholas McGegan.

Posted in Mozart with tags on 13 février 2022 by René François Auclair

eyJidWNrZXQiOiJwcmVzdG8tY292ZXItaW1hZ2VzIiwia2V5IjoiOTMwNjQ0Mi4xLmpwZyIsImVkaXRzIjp7InJlc2l6ZSI6eyJ3aWR0aCI6OTAwfSwianBlZyI6eyJxdWFsaXR5Ijo2NX0sInRvRm9ybWF0IjoianBlZyJ9LCJ0aW1lc3RhbXAiOjE2NDMxOTQ5NjZ9

Les Concertos no.1-5 (1773-1775)

Adagio k.261. Rondo k.373.

Gil Shaham, Stradivarius Comtesse de Polignac de 1699.

Enregistré au SWR Funkstudio, Stuttgart en 2018-19.

SWR Music. 2022. SWR19113CD. 2cds. 125m.

Appréciation: Sommet du Parnasse******

Allegro aperto du concerto no.5 k.219

Adagio du concerto no.5 k.219

Rondeau. Tempo di menuetto du concerto no. 5 k.219

Ayant atteint la cinquantaine, le violoniste israélien Gil Shaham possède une feuille de route impressionnante étalée sur trois décennies de concerts et d’une imposante discographie. Avec un tel bagage musical, il est déjà un vétéran estimé. Cet album Mozart qu’il propose ne fait que confirmer une présence qui ne s’est jamais démentie au cours des années. Et l’on peut qualifier ce coffret de véritable consécration pour le musicien qui est dans la continuité des plus grands comme Isaac Stern ou Itzhak Perlman.

Cette intégrale Mozart arrive à point nommé pour chasser toute forme de morosité! La prestation de Shaman est énergique à souhait, mordante à pleines dents, vigoureuse démonstration d’un violoniste qui n’a plus rien à prouver à personne. Il communique une joie de vivre irrésistible à la musique de Mozart par la sonorité conquérante de son Stradivarius, qu’il fait chanter haut et fort. C’est du grand violon classique que l’on aime entendre vibrer sans limite. La prise de son, fort éloquente, ne fait que confirmer ce sentiment.

Avec Nicholas McGegan, grand spécialiste du 18e siècle, on a le meilleur des deux mondes. D’un côté, le classicisme assumé du violoniste. De l’autre, l’expérience du chef anglais, qui infuse à l’ensemble des accents baroques tout à fait palpitants. Un excellent coffret que l’on attrape au vol sans hésitation!

Of All Joys. Attaca Quartet.

Posted in Allegri, Glass, Pärt with tags on 18 décembre 2021 by René François Auclair

71q2TMpSBYL._SL1500_

Oeuvres de Pärt, Marenzio, Dowland, Gibbons, Glass, Allegri, Bennet.

Amy Schroeder, Domenic Salerni, violons.

Nathan Schram, alto. Andrew Yee, violoncelle.

Enregistré à Sauder Concert Hall, Goshen, IN en 2021.

Sony. 2021. 19439936062. 63m.12s.

Appréciation: Sommet du Parnasse******

Flow my tears de John Dowland (1563-1626)

Miserere de Allegri (1582-1652)

Fratres de Arvo Pärt (n.1935)

L’album est né de la privation des liens sociaux pendant la pandémie 2020. Après des mois d’absence, les musiciens se sont finalement retrouvés avec joie à faire de la musique. « Entre les prises d’enregistrement, nous devions nous arrêter pour essuyer quelques larmes, tellement nous étions émus par la musique. » dira le violoncelliste Andrew Yee.

Pourtant, le choix des pièces de ce disque est loin d’être joyeux. Of All Joys provient d’une strophe du célèbre Flow my Tears de John Dowland (1563-1626). Ce chant mélancolique relate la perte des jours heureux, le désespoir et l’isolement que vit le poète dans la résignation la plus totale.  »Mes larmes, mes soupirs, mes gémissements, et mes jours fatigués, que toutes les joies m’ont privés!  »

C’est dans cet état d’esprit que les musiciens du Attaca Quartet nous invite. Le dépouillement est total, apprivoisant le silence et l’immobilité du temps présent. Les pièces sont reliées par des créateurs d’aussi loin que la Renaissance jusqu’à nos jours modernes. Arvo Pärt et Philip Glass rejoignent à leur façon la pureté de la musique ancienne, les mêmes motivations spirituelles d’un consort de Orlando Gibbons ou du sublime Miserere de Gregorio Allegri. Cette pièce célèbre, originalement écrite pour ensemble vocal, est ici traduite et adaptée par les cordes d’un simple quatuor. L’effet est saisissant, inédit. Il est le coeur de cet album exceptionnel.

Il faut se fermer à tous les sons et les bruits du monde, s’isoler dans le silence pour vraiment apprécier. Et la joie va imperceptiblement se joindre à cette réunion des sens et de l’esprit.