Archive for the Bach J.S. Category

Bach, J.S. (1685-1750) Les Suites Anglaises. Paolo Zanzu, clavecin.

Posted in Bach J.S. with tags on 9 mai 2021 by René François Auclair

71OUGgxiSvL._AC_SL1200_

Suites no.1-6 bwv 806-811

Clavecin Sydey-Bal, Paris 1995 d’après Silbermann c.1735

Enregistré en 2017-18. Lieu non spécifié.

Musica Ficta. 2020. MF8032/3. 2cds. 130m.40s.

Appréciation: Sommet du Parnasse******

Prélude la suite no.2 en la mineur bwv 807

Allemande de la suite no.3 en sol mineur bwv 808

Bourée I-II de la suite no.3 en sol mineur bwv 808

Gigue de la suite no.6 en ré mineur bwv 811

Paolo Zanzu nous offre l’une des meilleures interprétations des Suites Anglaises de Bach. Du moins, c’est la plus convaincante que j’ai entendu jusqu’à maintenant au clavecin. Je suis tombé un peu par hasard sur cet album sorti l’an dernier. Je cherchais des interprétations au piano de ces suites sur le catalogue Naxos. J’ai immédiatement été happé par la hardiesse du jeu de l’artiste et de la sonorité exceptionnelle de l’enregistrement. Instrument moins apprécié que le piano moderne, le clavecin demeure néanmoins un témoin essentiel de l’époque fastueuse du baroque. Il reste proche des intentions du compositeur, puisque c’est pour lui, mis à part l’orgue, que Bach a créé ses meilleures pages pour clavier.

Primo: l’instrument à deux claviers de Anthony Sidey est d’une magnificence rare. Construit à partir d’un Gottfried Silbermann, facteur connu et respecté de Bach, ce clavecin est le compagnon idéal pour jouer ces grandes suites, dont la densité et la complexité ne demandent pas mieux. Riche palette de sons, résonances somptueuses, clarté et amplitude, cet instrument possède également des aiguës des plus agréables.

Secondo: Le musicien italien infuse une énergie vive à ces pages certes touffues, mais ô combien satisfaisantes du grand Bach. Paolo Zanzu sait lier les mesures, leur conférant une respiration aérée, tout en maintenant une tension rigoureuse d’une main gauche imperturbable. Car c’est bien du Bach que nous entendons. Son langage unique pourrait se traduire par un amalgame de motifs raffinés à la française, supportés d’une solide motricité très allemande. Les Préludes et Gigues sont souvent attaqués de front, sans ménagement pour l’auditeur, d’une puissance rythmique captivante. (Diabolique gigue de la 6e suite!) Tandis que les Allemandes et Sarabandes sont caressées à la manière des luthistes, par un jeu d’accord brisé fort gracieux.

Tertio: La prise de son est généreuse, près de l’instrument, mais évite heureusement les piqués trop grinçants que l’on retrouve souvent dans les enregistrements du clavecin. Pour éviter leur côté agressif, les preneurs de son semblent s’en éloigner souvent, ce qui nous fait perdre en revanche leur beauté étincelante. Ce n’est pas le cas ici, les ingénieurs ont su trouver un juste équilibre, en restituant également l’ambiance sonore du lieu par une subtile réverbération.

Les Suites Anglaises de Bach, à l’instar des Françaises et des Partitas, demeurent un peu en marge par leur poésie parfois très noire. Le compositeur leur a donné une rigueur peu commune, d’une architecture quasi opaque, heureusement allégée par ses danses lumineuses. Paolo Zanzu a su mettre en contraste les facettes variées de ces oeuvres audacieuses pour clavier.

Bach, J.S. (1685-1750) Sonates et Partitas. Leila Schayegh, violon baroque.

Posted in Bach J.S. with tags on 6 février 2021 by René François Auclair

 

Sonates et Partitas bwv 1001-1006

Violon Guarnerius, Crémone 1675

Enregistré en sept. 2019 et janv. 2020

Salle de Musique, La Chaux-des-Fonds, Suisse.

Glossa. 2021. GCD 924205. 130 m.

Appréciation: Sommet du Parnasse******

 

Preludio de la Partita bwv 1006

Extrait de la Chaconne de la Partita bwv 1004

Gigue de la Partita bwv 1004

Allons droit au but et disons le simplement. Cette interprétation magistrale de la violoniste suisse est d’une rare perfection. Laissons de côté momentanément toute tentative de comparer ce qui a été fait dans un passé lointain ou récent. 

Effaçons de nos mémoires les grands noms du violon, les différentes approches traditionnelles ou baroques. Profitons plutôt du moment présent. Il ne reste que la sublime musique de Bach, les notes qui s’élèvent dans le silence et la réverbération qui les transportent. C’est le discours intérieur de l’esprit qui s’illumine dans une sorte de danse polyphonique des sons.

Dans cette ambiance éthérée, la technique de l’exécution se dissout dans l’espace-temps. L’instrument se transcende et la musicienne n’est plus là. C’est le triomphe de l’esprit sur la matière. 

Ceci n’est pas un disque ou des fichiers numériques. Ceci est la magie des ondes qui atteint les neurones et les font vibrer. Le confinement devient alors une porte ouverte. L’année 2021 et tout le reste n’existe plus. C’est l’effet Bach qui poursuit son oeuvre et fait que ces lignes soient écrites pour tenter d’en expliquer l’essence.

 

 

 

Bach, J.S. (1685-1750) Oeuvres pour luth o cembal. Sean Shibe, guitare.

Posted in Bach J.S. with tags on 24 mai 2020 by René François Auclair

Suite en mi mineur bwv 996

Partita en do mineur bwv 997

Prélude, fugue, allegro bwv 998

Sean Shibe, guitare Bert Kwakkel Merula Special, 2008.

Enregistré à Crichton Collegiate Church, Midlothian.

Delphian. 2020. DCD34233. 46m.24s.

Appréciation: Sommet du Parnasse******

Prélude bvw 996

Prélude bwv 998

Gigue et Double bwv 997

J’ai entendu ces pièces des centaines de fois dans le passé. Et j’en ai pratiqué quelques-unes à la guitare en tant qu’amateur. Les retrouver ici par le guitariste écossais Sean Shibe c’est comme les redécouvrir pour la première fois. Son jeu est d’une grande douceur, nuancé et coulant comme une eau limpide, en modulation constante, improvisé de phrasés libres et gracieux.

La suite bwv 996 n’a jamais été aussi française de ton, raffinée et ornée de manière judicieuse. L’oeuvre de Bach pour le luth demeure succincte par rapport à son grand catalogue. Mais ce sont des pièces essentielles, d’une beauté intime inégalée. On espère maintenant que ces arrangements pour guitare de Sean Shibe auront une suite, car son interprétation est tout simplement magnifique.

Bach, J.S. (1685-1750) Clavier bien Tempéré et Petits Préludes. Kenneth Gilbert.

Posted in Bach J.S. on 19 avril 2020 by René François Auclair

Clavier Bien Tempéré Livre I et II (1722 et 1742)

Clavecin Couchet (1671) restauré par Blanchet/Taskin.

Enregistré au Musée de Chartres en 1983.

Archiv Produktion. 1984. 413 439-2. 4cds.

Appréciation: Sommet du Parnasse******

Prélude et Fugue do dièse majeur (Livre I)

Prélude et Fugue ré mineur (Livre I)

Prélude et Fugue do dièse majeur (Livre II)

Prélude et Fugue mib majeur (Livre II)

 

Kenneth Gilbert (1931-2020) a marqué l’histoire interprétative de la musique ancienne au clavecin. Il a redonné une place de choix à ces vieux instruments de musée. C’est grâce à lui et autres pionniers musiciens (Kirkpatrick, Leonhardt, Curtis…) mais également aux artisans-facteurs d’instruments que l’on a redécouvert le clavecin en bonne et due forme. Les enregistrements consacrés à Bach avec Archiv au début des années 80 demeurent des références. Gilbert fut reconnu comme un grand pédagogue. Homme discret, il a eu pourtant une influence décisive sur beaucoup de musiciens.

Quarante-huit préludes et fugues en deux volumes, écrits à vingt ans d’intervalle, dans tous les tons majeurs et mineurs. C’est le grand chef-d’oeuvre de Bach pour le clavier. Un recueil mythique qui a influencé tant de pianistes et de compositeurs dans l’histoire de la musique. Mais c’est d’abord au clavecin que tout cela a commencé. L’instrument Jan Couchet d’Anvers de 1671 est magnifique. Il a d’ailleurs fait partie de la collection de Kenneth Gilbert. La clarté des voix est étincelante, le phrasé généreux. Aucune virtuosité frénétique dans le jeu du claveciniste canadien. C’est l’assurance et la noblesse d’âme au service du Cantor. La musicalité s’y déploie comme sous une voûte étoilée. La quintessence du clavecin. Essentiel.

 

Petits Préludes pour Wilhelm Friedmann Bach (1720)

Préludes et fugues diverses, Fantasia…

Clavecin Couchet 1671.

Enregistré au Musée du Cloître, Chartres en 1984.

Archiv Produktion. 1986. 447 278-2. 60m.38s.

Appréciation: Sommet du Parnasse******

Sept Préludes bwv 933-939

Les petits préludes que Bach a écrit pour son fils aîné Wilhelm Friedmann sont de véritables bijoux. Joués sur un authentique clavecin Couchet de 1671, Kenneth Gilbert impose un phrasé régulier et rassurant à ces petits chefs-d’œuvre. Son style de jeu est soutenu de pulsations paisibles, réglé comme une horloge, mais d’une élégance somptueuse. L’instrument dégage une sonorité cristalline et aérienne, jamais agressive. À l’heure où le clavecin est souvent remplacé par le piano moderne, ce disque admirable fait figure d’exception. Élémentaire mais essentiel.