Archive for the Sibelius Category

Tchaikovski et Sibélius. Concertos pour violon. Lisa Batiashvili. Daniel Barenboim.

Posted in Sibelius, Tchaikovski with tags on 15 décembre 2016 by rfauclair

71bhige2spl-_sl1200_Tchaikovski (1840-1893) Concerto en ré majeur op.35

Sibélius (1865-1957) Concerto en ré mineur op.47

Staatskapelle de Berlin. Daniel Barenboim, direction.

Enregistré en 2015 et 2016 à Funkhauss Nalepastrase, Berlin.

Deutsche Grammophon. 2016. 4796038. 70m.11s.

Appréciation: Sommet du Parnasse******

Allegro vivacissimo de Tchaivoski

Allegro ma non tanto de Sibélius

J’essaie vainement de trouver un mot pour décrire ce disque sensationnel…Ahurissant peut-être? Non, ce n’est pas convenable. Extraordinaire? Non, trop banal. Bref, j’ai lâché prise. Et puis j’ai pensé à ce vieux Edgar, Fruitier de son nom. En parlant d’un disque qu’il aimait particulièrement, parfois il déclarait avec sa verve légendaire… »cette musique m’a complètement détruit! »

C’est le cas ici. Un violon au pouvoir ensorcelant. Magie noire ou blanche, je ne sais pas. Transcendant, renversant, conquérant. Ah, voilà je trouve les mots maintenant! Cette nouvelle collaboration de la violoniste géorgienne avec le vieux Barenboim fait penser à un autre jumelage légendaire…Mütter-Karajan. Et maintenant l’on souhaite longue vie à ces deux musiciens. Que la Deutsche Grammophon puisse en profiter avant qu’il ne soit trop tard!

Autant la violoniste est d’une expressivité inouïe, autant le Staatkapelle combine des forces incroyables à son interprétation. Le Sibélius est à mon avis, une des plus grandes interprétations qui soient. Un vertige continuel, où la nature hors de contrôle est d’une telle fatalité, qu’il produit sur nous un drame parfois terrifiant. L’adagio di molto est indescriptible, tout simplement… Tandis que le dernier mouvement, que l’on considérait injouable lors de sa création en 1903, nous ramène dans le folklore cher à Sibélius auquel il accorde des pulsations singulières. Quant à Batiashvili, elle donne tout ce qu’elle a… Prodigieux moment qui nous renverse.

Daniel Barenboim offre à Tchaikovski des tempos très larges en respiration, presque improvisés, dans l’admirable allegro molto. Et la violoniste s’y plonge sans retenue, nous entraînant dans un maelström d’un romantisme grandiose. C’est plus que de la musique russe, mais un hymne au bonheur. Un des meilleurs disques de l’année 2016 unanimement acclamé.

Sibélius, Jean (1865-1957) Musique pour la scène. Turku Philharmonic. Leif Segerstam.

Posted in Sibelius on 6 février 2016 by rfauclair

81Ra3O6e4VL._SL1429_717PJ2bdZ9L._SL1396_81Z0RBGAjjL._SL1429_

Kuolema. King Christian II.

Belshazzar’s feast. Pélléas et Mélissande…

Orchestre Philharmonique de Turku.

Leif Segerstam. Enregistré à Turku Concert Hall, Finlande.

Naxos. 2015. 8.573299/ 8.573300/ 8.573301. Appréciation: Superbe *****

 

 

 

Moderato tiré de Kuolema

Musette tiré de King Christian II

Andantino pastoral tiré de Pelléas et Mélissande

Allegretto tiré de Pelléas et Mélissande

Valse lyrique op.96

Le chef finlandais Leif Segerstam, véritable star dans toute la Scandinavie, a enregistré une série de disques en 2015, tous consacrés à Sibélius. Personnage coloré et attachant, il a depuis 2012 pris la direction de l’orchestre de Turku, citée comme la plus médiévale ville de Finlande. L’ensemble possède une riche tradition, puisque il a été fondé en 1790.

À propos de sa 6e symphonie, Jean Sibélius déclarait qu’elle était « une pure eau froide ». En fait, cette citation pourrait décrire toute son œuvre. Limpide, cristalline, se résumant à l’essentiel, sa musique évoque souvent le grand froid de paysages nordiques et de ses légendes hivernales. Même dans le genre de la musique de scène où l’action se passe dans des univers étrangers, les mêmes sensations reviennent inévitablement à notre imaginaire.

Les trois disques présentés ici sont en marge des poèmes et des sept symphonies. Ce sont, pour la plupart, des pièces très rarement entendues, écrites pour le théâtre et le ballet. Sibélius ne cesse de nous surprendre par une écriture bien personnelle. Chaque morceau est composé avec raffinement, sans jamais se répéter. Les reprises des mélodies, souvent fort belles, sont traitées différemment, par une orchestration audacieuse. Pourtant, tout cela reste tonal, relié parfois par Tchaïkovski qu’il gardait en haute estime. Sibélius propose des climats sombres, des envoûtements brumeux et mélancoliques pour supporter l’action théâtrale. (Valse triste de Kuolema). Par contre, les autres danses des ballets sont brillantes, jamais banales, vives en couleur. Ce sont des pièces heureuses qui s’harmonisent naturellement à nos hivers d’ici.

Je considère ces enregistrements supérieurs aux productions suédoises BIS, qui ont tout gravé Sibélius il y a quelques années. C’était soigneusement bien fait, mais offrait en générale l’impression d’une surface un peu trop glacée. Avec Segerstam, on entre dans le vif de l’action plus profondément. Les cordes sont plus chaudes et l’orchestre de Turku résonne avec splendeur, supportée par une prise de son généreuse. Cette « trilogie d’hiver » vaut le grand détour par le Nord, à mille lieux des villes peuplées de l’empire austro-allemand. Là-bas, un géant de la musique a défié le temps et les modes pour offrir les plus originales compositions du début 20e siècle et qu’on ne cesse de redécouvrir.

Sibelius, Jean (1865-1957) Les Symphonies. Wiener Philharmoniker. Lorin Maazel.

Posted in Sibelius with tags on 29 décembre 2014 by rfauclair

41wgnyeUA2L Les Symphonies no.1-7

Wiener Philharmoniker.

Lorin Maazel, direction.

Enregistré à Sofiensaal, Vienne entre 1963-68.

London. 1991. 430778-2. 3cds.

Appréciation: Sommet du Parnasse ******

Allegretto de la Symphonie no.2 op.43 (1902)

Symphonie no.5 en mib majeur op.82 (1915)

Andante mosso, quasi allegretto

Allegro molto

Il fut le plus grand compositeur finlandais. Influencé à ses débuts par les grands courants musicaux de son époque (Tchaïkovski, Wagner…), il s’en détachera rapidement pour créer son propre style en s’inspirant des racines musicales de sa patrie. Héros national en Finlande, Sibelius lui vouera un profond attachement en composant plusieurs poèmes symphoniques évoquant sa nature et ses légendes. Mais ce créateur original et imprévisible où chacune de ses symphonies est une aventure, reste encore en marge des salles de concert, peu ouvertes aux changements qu’il propose.

La première symphonie composée en 1899 est encore imprégnée du romantisme russe, rappelant bien entendu Tchaïkovski. À 34 ans, Sibelius étonne par une écriture d’une grande richesse. Dans l’Andante ma non troppo, par exemple, quelques vents nordiques sont évoqués par les cordes de brillante façon. Le Scherzo donne à tous les groupes d’instruments des dialogues vifs et colorés, entrecoupés par un intermède lyrique digne d’un ballet du maître russe.

La deuxième symphonie est sa plus connue. Dès le thème d’ouverture, Sibelius s’impose de manière originale, et les développements qui s’en suivent sont traités audacieusement par des ruptures de tons, des changements, des transitions incandescentes où le tissu sonore est d’une telle richesse qu’on en est subjugué! Et puis le thème initial (danse folklorique) revient transformé, supporté différemment par les vents. Chez Sibelius, rien ne se répète! Le Vivacissimo, qui est en réalité un scherzo, fait penser à Beethoven par sa forme. Tout comme la 5e symphonie de ce dernier, ce mouvement sert de tremplin au grandiose final, hymne prodigieux à la gloire de la Finlande. Sibelius lui donne une musique remplie d’admiration. Sa patrie, qui gagnera son indépendance en 1917, lui en sera toujours reconnaissante.

La troisième symphonie en trois mouvements est la plus sous-estimée. Pourtant, il s’y dégage une musique festive, joyeuse, célébrant quelques victoires sur l’oppresseur. Marqué par un folklore évident dès le premier mouvement, cet Allegro moderato est inspiré et brillant. Le thème de l’Andantino con moto tendre et chantant est accompagné de pizzicatos au balancement léger. L’effet est des plus réussis.

Le dernier mouvement reprend quelques thèmes déjà entendus, pour nous emmener vers une mélodie chorale entraînante, rustique. Tout cela se poursuit jusqu’à l’appel des cuivres au grand complet. Grandiose.

La quatrième symphonie en la mineur en a surpris plus d’un à sa création en 1911. Débutant par un ostinato sombre et pathétique, le premier mouvement impose un climat dramatique proche de Wagner mais pour ensuite s’en détacher complètement dans une vision différente. Refusant toute allusion au romantisme, Sibelius, pourtant très enraciné dans le mode tonal, créé une œuvre très personnelle. Il disait que cette symphonie était « une protestation contre la musique du jour. Elle n’a rien, absolument rien à voir avec tout ce cirque! ». Peut-on voir dans ces pages du compositeur, quelques démons intérieurs, lui-même étant très affecté par l’alcoolisme à cette époque difficile? Il tempo largo malgré une languissante progression, possède tout de même quelque chose de réconfortant, de détaché par rapport au monde terrestre. Tout en contrastes, le dernier mouvement propose un enchaînement d’idées extraordinaires, de tonalités changeantes, mais d’humeurs plus lumineuses. On entre dans un monde scintillant où se meuvent toutes sortes de personnages imaginaires. Ce mouvement qui ne ressemble en effet à rien du tout, est unique en son genre. Imprévisible musique où tout est possible, Sibelius démontre une fois encore, un génie incomparable.

La cinquième symphonie reprend le mode majeur. C’est l’une de ses plus populaires. L’appel des cors en début de mouvement annonce une atmosphère complètement différente de la 4e. Ici, la noblesse et la grandeur sont au rendez-vous tout au long de cette magnifique symphonie. L’amour des grands espaces blancs de la Scandinavie est au cœur de l’œuvre. Les contrastes froids-chauds sont bien en évidence. Le frémissement incessant des cordes, les attaques abruptes, le traitement audacieux des timbres : Sibelius dépeint une fresque où les forces de la nature se joignent à quelques légendes anciennes. Une immense ellipse est conclue, où pendant ce temps, l’auditeur fut tourmenté un long moment par des vents glacés, pour en ressortir victorieux avec le thème initial. Ce mouvement à lui seul devient une escapade extraordinaire!  L’Andante mosso quasi allegretto est d’une originalité particulière. Délicatement conçue en pizzicatos autour d’une tonalité de base répétitive, il se dégage de ces variations une impression de joie tranquille où la présence du folklore est subtilement suggérée. L’effet est captivant et indescriptible. Ce bref repos autour du feu, sert de lien à la conclusion de l’aventure. L’Allegro molto se termine triomphalement par un des motifs les plus surprenants de toute la musique de Sibelius : le fameux « mouvement de marteau » qu’un critique anglais a déjà décrit comme « celui du dieu Thor »!

La sixième symphonie, tout comme celle de Beethoven, pourrait s’intituler Pastorale. Le début enchanteur du premier mouvement semble être le lever du jour sur une scène où la nature s’éveille au foisonnement de la vie. Après une introduction des cordes en forme de choral ancien d’une grande beauté, Sibelius fait apparaître progressivement les autres instruments à tour de rôle, dont la harpe, dans un traitement richement tissé. Sans être descriptive, sa musique éveille en nous toutes sortes d’images bucoliques et vivantes. L’Allegretto moderato débute par un thème ambigu évoquant une rêverie douce où un personnage semble s’assoupir dans l’insouciance. Sibelius nous transporte alors dans un traitement harmonique où la mélodie est mise de côté momentanément. On peut alors facilement entendre le bruissement des ailes d’oiseaux autour de lui! Le dernier mouvement reprend sensiblement quelques motifs du début de la symphonique dans un déploiement sonore aux accents champêtres. Après une brève agitation, cet Allegro molto se termine doucement comme une journée s’éteignant dans la pénombre.

La septième symphonie, en un seul mouvement, fut créée en 1924. Elle est considérée comme la synthèse de toute l’œuvre de Sibelius. Débutant dans un climat presque mystique, la musique se transforme ensuite en reprenant quelques thèmes chers au compositeur qui relatent brièvement les images de son pays. Elle se conclue par le retour d’un grand choral majestueux, comme si Sibelius faisait ses adieux au monde. Une 8e symphonie sera esquissée, mais finalement détruite. Le Géant qui vient du froid ne s’éteindra qu’en 1957, laissant derrière lui, une œuvre monumentale dont il reste tant à découvrir.

Lorin Maazel (1930-2014), fut considéré comme un chef brillant, mais autoritaire et froid selon certains critiques. Dans Sibelius, il n’en est rien. « L’incandescence glacée » de la musique du finlandais n’a jamais été aussi violemment exposée. Contrastée, véhémente, aux couleurs vives, la direction audacieuse de Maazel demeure une référence que peu ont réussi à atteindre. Prise de son étonnante, très détaillée et tranchante.