Archive for the Brahms Category

Brahms, Johannes (1833-1897) Les Symphonies. Radio-Sinfonie Stuttgart. Sir Roger Norrington.

Posted in Brahms on 9 octobre 2021 by René François Auclair

71EpqYp716L._AC_SL1200_

Les 4 Symphonies.

Radio-Sinfonieorchester Sttugart des SWR.

Direction: Sir Roger Norrington.

Enregistré à Liederhall, Beethovensaal, Stuttgart en 2005.

( cd bonus: A German Requiem, en 2014).

SWR. 2021. SWR19529CD. 3cds. 134m. (symphonies seulement).

Appréciation: Superbe*****

Allegro con brio de la 3e Symphonie op.90

Andante de la 3e Symphonie op.90

Poco Allegretto de la 3e Symphonie op.90

J’ai toujours associé les symphonies de Brahms à l’automne. Riches en couleurs, à la fois grandioses et d’une mélancolie émouvante, elles sont également d’une grande densité d’écriture. Comme un peintre, Brahms a superposé plusieurs couches sur une toile, en mélangeant d’une manière habile toutes les nuances possibles. Leur composition lui a exigé beaucoup de temps, et c’est souvent lors de longs séjours à la campagne qu’il a trouvé l’inspiration nécessaire. Brahms a un rapport contemplatif à la nature, autant par ses forces que par sa magnificence inaltérable. Ses quatre symphonies sont une apogée de la musique du 19e siècle, un idéal romantique d’une beauté naturelle dont on ne se lasse jamais.

Sir Roger Norrington propose une vision épurée de ces oeuvres magnifiques. Il a fait le choix esthétique du « pure tone » dans ses interprétations. Selon lui, les orchestres du temps de Brahms s’exécutaient sans vibrato et étaient de formation plutôt réduites. Avec le RSO Stuttgart, le chef britannique a également poussé cette audace interprétative de Bruckner jusqu’à Schönberg!

Dès la première écoute de cette version, on ne retrouve pas l’opulence sonore qui caractérise les grands orchestres traditionnels. Il n’y a ici aucune lourdeur de propos, la sonorité d’ensemble étant plutôt ténue. Les archets sont particulièrement lisses, sans cette profondeur à laquelle on est habitué. Par contre, les lignes mélodiques sont très chantantes. Elles louvoient et se balancent toute en souplesse de phrasé. Les instruments à vent se fusionnent de la même façon aux cordes. L’unité d’ensemble créé des mouvements gracieux, et parfois certaines pièces prennent l’aspect d’un véritable ballet (1er mouvement de la 3e!). Le chef a également disposé les premiers et seconds violons de chaque côté de la tribune. Leurs parties musicales sont ainsi mieux détachées.

Après quelques temps, j’ai finalement beaucoup apprécié cette interprétation. Elle est différente certes, mais possède des qualités indéniables, comme en fait foi la légèreté des rythmes, le ton allègre qui confère une transparence unique à la musique de Brahms. Il y a quelque chose de très pur qui apparaît au fil de l’écoute de ces chefs-d’oeuvre. Sans en dénaturer leur nature, Norrington a réussi son pari de leur donner une liberté nouvelle, d’un climat frais et lumineux comme une journée d’automne. (Coffret cd très abordable).

Brahms (1833-1897) Concerto pour violon op.77. Double Concerto op.102. Tianwa Yang et Gabriel Schwabe.

Posted in Brahms with tags on 25 mai 2019 by René François Auclair

61Ta5m3lxxL._SL1200_Concerto pour violon op.77 (1878)

Double concerto pour violon et violoncelle op.102 (1887)

Tianwa Yang, violon Guarnari del Jesu 1730.

Gabriel Schwabe, violoncelle Brescia 1600.

Deutshes Symphonie-Orchester Berlin. Antoni Wit, direction. Enregistré à Jesus-Christus-Kirche, Berlin en 2017.

Naxos. 2019. 8.573772. 72m.25s. Appréciation: Sommet du Parnasse******

Allegro non troppo du Concerto op.77

Andante du Concerto op.102 

C’est l’un des plus grands concertos jamais écrit. Presque tous les grands violonistes, dont Joseph Joachim qui l’a exécuté le premier en 1879, s’y sont engagés. Considéré injouable par certains au 19e siècle, ce concerto symphonique est à la hauteur de la réputation de Brahms. Il contient tous les éléments du genre. Le romantisme grandiose, le culte de la pure performance et la vaste proportion de l’oeuvre sont tout à fait à l’image de Brahms. Les incroyables difficultés techniques sont par ailleurs toujours au service du ressenti et du discours musical. Il n’y a ici rien de gratuit. Ce qui s’y produit s’apparente au sacré et force le plus grand respect. Ce concerto pourrait se traduire comme un hymne à la vie en trois mouvements: Dramatique, bouleversant, triomphant.

Au catalogue discographique, les légendes du violon s’y succèdent. Le choix est grand. Presque tous des hommes, bien sûr. On pourrait classer les interprètes en trois catégories générationnelles. Dans la troisième section, beaucoup plus de femmes musiciennes au jeu plus raffiné, sensuel, sensible. Les temps changent. Le côté féminin de Brahms n’a jamais été aussi bien servi : Batiashvili, Fisher, Hahn, Jansen, Mullova, Mütter, Steinbacher…pour n’en nommer quelques unes.

Tianwa Yang, née en Chine en 1987, s’est installée par la suite en Europe pour y compléter sa formation. En la découvrant dans un vidéo promotionnel, elle explique, dans un allemand étonnamment impeccable, ses intentions au cour de l’enregistrement: utiliser la plus grande liberté possible, le sens du vécu et de l’instant présent. Sa prestation peut se décrire comme entière. Elle a une maîtrise complète de son instrument. Sa sonorité semble se former de l’intérieur, en profondes vibrations, puis se libère complètement vers l’extérieur. Elle irradie la musique. À la fois virile et féminine, l’énergie qui se dégage de cette musicienne est irrésistible.

La Deutsches Symphonie de Berlin est en fusion avec la musicienne. Supporté par l’acoustique légendaire de la Jesus-Christus Kirche, l’ensemble génère de grandes vagues sonores. Et la violoniste reste bien détachée du groupe, d’une réelle présence. En complément, le double concerto op.102, possède la même qualité d’interprétation. Gabriel Schwabe au violoncelle est puissant et aussi convaincant que Tianwa Yang. Mais l’opus 77 reste le plus grand de tous. Un sommet.

 

Brahms, J. (1833-1897) Les Sérénades. Gävle Symphony. Jaime Martin.

Posted in Brahms with tags on 14 octobre 2018 by René François Auclair

71T0pqTQy8L._SL1200_Sérénades op.11 et op.16

Enregistré à Gävle Concert Hall, Suède en 2015.

Ondine. 2017. ODE 1291-2. 72m.33s.

Appréciation: Sommet du Parnasse******

 

Allegro molto de la Sérénade op.16

Adagio non troppo de l’op.16

Menuetto 1-2 de l’op.16

Le Gävle Symphony Orchestra produit un son généreux, digne des plus grands ensembles. L’orchestre suédois, peu connu ici, a été fondé en 1912. Il possède donc une longue tradition musicale et mérite sûrement une meilleure place au disque. Le directeur artistique Jaime Martin, chef d’origine espagnol et flûtiste accompli, dirige l’ensemble de main de maître avec beaucoup de souffle et de verve. On s’étonne que ces oeuvres de jeunesse de Brahms aient été si peu enregistrées.

Sous cette récente gravure, on redécouvre l’art symphonique du jeune Brahms. Ces sérénades ont été composées entre 1857-59 alors qu’il n’avait pas atteint la trentaine. L’écriture est riche, d’une belle densité. Les sérénades de Brahms font l’effet d’une grande marche en pleine nature. Il y a tant de couleurs et de nuances qui embellissent ce parcours. C’est comme une ode dédiée à l’automne et à ses ravissements.

L’alternance continuelle entre les sections des cuivres, des bois et des cordes est admirablement bien équilibrée par Jaime Martin. Les cors, en particulier, sont d’une beauté sonore exquise de laquelle émerge les plus belles images. Une réussite à découvrir.

 

Brahms, Johannes (1833-1897) Les Sonates pour violon. Christian Tetzlaff. Lars Vogt.

Posted in Brahms on 22 octobre 2016 by René François Auclair

81plfm0qiwl-_sl1394_Sonates op.78 op.100 et op.108

Scherzo F.A.E. WoO2

Christian Tetzlaff, violon Peter Greiner, Allemagne.

Lars Vogt, piano.

Enregistré à Sendesaal, Bremen en août 2015.

Ondine. 2016. ODE 1284-2. 72m.50s. Appréciation: Superbe*****

Vivace ma non troppo op.78

Adagio op.108

Avec Brahms, la sonate pour violon et piano est une sorte d’aboutissement de la musique de chambre du 19e siècle. Ce sont des oeuvres magnifiques dont on ne se lassent jamais. Car Brahms les a peaufiné avec soin, y mettant autant d’effusion sentimentale que de rigueur formelle. La généreuse discographie autour de ce triptyque bien-aimé donne au mélomane un choix d’interprétations des plus diverses.

La collaboration Tetzlaff-Vogt en est une des plus heureuses depuis longtemps. Leur vision de Brahms l’est tout autant. Nous ne sommes jamais déçu, et les attentes sont tout à fait comblées. Ils ont choisi une approche toute en douceur, très subtile et infiniment sensible. Tetzlaff joue avec retenue et évite les contrastes flamboyants. Le vibrato est utilisé avec parcimonie et parfois le contact du crin est à peine perceptible. Vogt ne martèle à peu près jamais le clavier. Il y offre une chaleur bienfaisante, jamais violente. Souvent, le duo ralentit le discours, allonge l’air du temps et nous plonge au coeur d’une émotion tangible et véritable.

Mais Brahms est aussi très bien servi ailleurs. Et ces lectures d’un autre temps seront revisitées. Certaines demeurent des références, par leur style plus traditionnel. On pense à Perlmann, Mütter et récemment à Augustin Dumay et Louis Lortie…Tant de nuances différentes pour tant d’états d’âme différents. La version Tetzlaff et Vogt est à ajouter sans hésiter au côté des plus excellentes.