Archive for the Fasch Category

Pachelbel, Johann (1653-1706) Canon en ré. Orchestre Jean-François Paillard.

Posted in Fasch, Pachelbel with tags on 3 novembre 2018 by rfauclair

61xmAiw9-TLPachelbel: Canon en ré. Deux suites pour cordes.

J.F.Fasch: Concerto pour trompette en ré. Deux sinfonias.

Maurice André, trompette.

Jean-François Paillard, direction.

Erato. 1968. 4509-98475-2. 53m.15s.

Appréciation: Sommet du Parnasse******

Canon pour cordes et continuo (arr. J.F.Paillard)

Concerto pour trompette de J.F.Fasch (1688-1758)

C’est Jean-François Paillard qui a popularisé le canon de Palchelbel il y a 50 ans. C’est l’un des disques classiques le plus vendu de tous les temps. Un demi-siècle plus tard, le charme fait encore son oeuvre, malgré l’aspect hyper romantique de son interprétation.

En bonus, l’inimitable Maurice André à la trompette dans le célèbre concerto de Fasch. Un son clair d’une précision éblouissante a consacré le musicien français dans ce bon baroque plein d’aisance. C’est également lui qui nous a fait découvrir ce contemporain de J.S.Bach.

Comme le canon en forme de cycle perpétuel, cet album sera encore là dans plusieurs années. Peut-être y aura t’il encore des gens à l’aube du 22e siècle pour l’apprécier. On l’espère.

 

 

Fasch, Johann Friedrich (1688-1758) Oeuvres orchestrales. Tempesta di Mare. Orch.Baroque Philadelphie.

Posted in Fasch on 19 janvier 2014 by rfauclair

 

51KlohY56SL51USW3dpjgL71XF4xdDT6L__SL1500_Ouvertures, concertos grosso, concertos et sinfonia (sol m.)

Tempesta di Mare. (Orch.Baroque de Philadelphie.) Emlyn Ngai, premier violon.

Chandos. 2008-2012. 3cds. CHAN0751-0783-0791.

Appréciation: Très Bien ****

Menuet et trio de l’Ouverture en ré d.8

Aria en Pologneise de l’Ouverture en ré d.8

Allegro du Concerto en ré d.15

Fasch est l’un des plus prolifiques compositeurs de l’époque baroque. C’était le temps glorieux des principautés qui s’offraient le luxe d’avoir un compositeur à la cour. Fasch est resté fidèle au prince d’Anhalt-Zerbst pendant 36 ans!

La musique de Fasch pourrait se comparer à un arbre magnifique. Profondément enraciné dans le baroque allemand, mais dont les branches et les ramifications se déploient dans un langage fleuri aux diverses influences.

Les tournures mélodiques et harmoniques parfois surprenantes de Fasch nous montrent à quel point il était à l’avant-garde. Précurseur du style galant, son œuvre orchestrale a le mérite de toujours séduire l’oreille par le traitement savant des timbres sonores. L’amour particulier qu’il porte aux instruments à vent et de leur place dans l’orchestre annonce déjà les futures symphonies de Haydn, Mozart ou Beethoven! Conçue comme une véritable entité, la section des vents prend une nouvelle importance parmi les phalanges.

L’orchestre baroque de Philadelphie offre en première mondiale plusieurs morceaux de choix de l’œuvre abondante de Fasch. On y dénote un ensemble de qualité, équilibré mais dont les accents mériteraient un peu plus de mordant. Les solistes sont bien restitués devant un orchestre à la sonorité chaleureuse mais nimbée d’une réverbération un peu trop insistante. Cela ne gâche en rien le plaisir et la joie irrésistible de ces pages exubérantes. Ce projet permet à Fasch de reprendre sa place près de Bach, Handel, Telemann; tout comme il fut jadis parmi les grands de la musique baroque.