Archive for the Danzi Category

Danzi, F. (1763-1826) Quatuors avec basson op.40. Ensemble Island.

Posted in Danzi on 12 juillet 2018 by rfauclair

51ylDsrmTCL3 quatuors op. 40 (1813) interprétés sur instruments d’époque.

Jane Gower, basson. A. Lohmann, violon.

Galina Zinchenko, alto. Jennifer Morsches, violoncelle.

Enregistré à Oud Katholieke, Delft, Pays-Bas en 2002

Centaur. 2004. CRC 2708. 72m.29s. Appréciation: Très Bien****

Allegro du quartet en do majeur 

Polonaise du quartet en do majeur

D’une formule inusitée dans la musique de chambre, ces quatuors avec basson de Franz Danzi sont de bon goût, bien écrits et représentatifs d’un style souriant et vertueux. Composées en 1813, alors que Beethoven est en pleine gloire, ces oeuvres mineures sont délicieuses et rafraîchissantes à écouter. Cette musique optimiste cache bien la suite de revers de fortune et de destins malheureux qui ont accablé le compositeur. À la mort de sa femme en 1799, diva reconnue en son temps, il a cessé de composer tellement sa douleur fut grande. Il s’est ensuite remis au travail et a connu une période très féconde, dont font partie ces quatuors gorgés de santé et d’une belle énergie.

La goguenardise dont souffre parfois le basson est totalement exclue lorsqu’on entend avec quel talent Danzi a généreusement offert au soliste des envolées dignes de Mozart et Beethoven. La présence de l’instrument se transforme en un véritable plaisir de tous les instants.

Les cordes, agiles comme il se doit, lancent constamment des défis au bassoniste, brillamment relevés par Jane Gowen sur un instrument historique non spécifié dans le livret. Les trois autres musiciennes de l’ensemble ont chacune leur moment où elle peuvent également se faire valoir. C’est grâce à Danzi, habile compositeur, qui, à l’image du basson, a toujours vécu dans l’ombre des plus grands, mais dont on accepte spontanément sa personnalité bien sympathique.

Danzi, Franz (1763-1826) Concertos et Ouverture. Münchener Kammerorchester. Howard Griffiths.

Posted in Danzi on 22 juin 2018 by rfauclair

81oYAAX9R1L._SL1500_Concerto pour piano p.229 (1799)

Concerto pour violoncelle p.243 (1809)

Ouverture p.228

Nareh Arghamanyan, piano. Aurélien Pascal, violoncelle.

Enregistré à Kupferhaus Planegg, Allemagne en 2016.

Sony Music. 2018. 88985361082. 58m.42s. Appréciation: Très Bien****

Allegro du concerto pour piano

Larghetto du concerto pour violoncelle 

Allegretto du concerto pour violoncelle

On pourrait qualifié la musique de Franz Danzi comme le prolongement de celle de Mozart, et d’un avant-goût du grand Beethoven. Compositeur attachant, qui a beaucoup écrit pour les ensembles à vent, il est encore peu connu pour son oeuvre orchestrale.

Son concerto pour piano, le seul qu’il a écrit, est à si méprendre, un authentique Mozart. Le concerto pour violoncelle en mi mineur aurait pu avoir été écrit par un jeune Beethoven. L’oeuvre est superbe. Elle est en quelque sorte une première en ce début 19e siècle où les concertos pour violoncelle n’étaient pas chose courante. Elle contient tout de Beethoven, ses humeurs orageuses autant que son côté sentimental. L’écriture y est touffue de virtuosité et est originale par ses changements fréquents de tonalités. On aime moins le côté un peu prévisible des phrases musicales, encore dictées par les formes strictes de la période classique. Mais l’utilisation judicieuse des instruments à vent à de quoi réjouir grâce aux couleurs qu’ils ajoutent à l’ensemble. Au final, Danzi, n’est ni Mozart ou Beethoven, car il lui manque encore quelques éclairs d’un génie pur.

Howard Griffiths (n.1950) chef d’expérience qui dirige avec un savoir-faire historiquement bien informé, insuffle l’énergie et la musicalité nécessaire pour faire lever la musique de Danzi. Énergie que l’on retrouve aussi bien au coeur de ses solistes de haute qualité, dont la gagnante du Concours piano de Montréal 2008, Nareh Arghamanyan et l’excellent violoncelliste français Aurélien Pascal, disciple de Janos Starker entre autres. Un bon disque qui s’écoute sans peine. Du bonbon.