Archive for the Haydn Michael Category

Haydn, Michael (1737-1806) Les Quintettes pour cordes. Salzburger Haydn-Quintett.

Posted in Haydn Michael, Nouveautés 2015 on 27 mars 2015 by rfauclair

81yCbf5RGBL._SL1429_Quintettes pour 2 violons, 2 altos et violoncelle.

Salzburger Haydn-Quintett (sur instruments d’époque).

Enregistré au Palais Kuenburg, Salzbourg en déc.2013.

CPO. 2015. 777-907-2. 2cds. 146m.02s.

Appréciation: Superbe*****

Allegro con garbo du quintette en Sib majeur

Menuetto et Trio du quintette en Sib majeur

Adagio cantabile du quintette en do majeur

Le frère cadet de Joseph a vécut longtemps à la cour de Salzbourg. Compositeur et personnage timide et discret, son oeuvre fut bientôt éclipsé par son célèbre frangin, et surtout par le jeune Mozart, dont il admirait sa musique. De Michael Haydn, on ne retiendra pas grand chose, malgré une quantité impressionnante de musique d’église, quelques 40 symphonies et des pages méconnues de musique de chambre. Mais cet album consacré à ses quintettes replace, aux côtés des plus grands de l’époque classique, un créateur à l’écriture habile et enjouée.

L’écoute de cet enregistrement récent se résume en un seul mot… bonheur! Bien entendu, les canevas harmoniques de cette musique nous sont familiers. Mais Haydn brode autour de ce coeur bienheureux de multiples galanteries tout à fait réjouissantes. Il a accordé aux instruments des envolées souvent virtuoses et lumineuses. Traités la plupart du temps en paires, les violons et altos révèlent le caractère très autrichien de cette musique. Quant au violoncelle, il n’est relégué souvent qu’à l’accompagnement. Nommées parfois divertimentos ou notturnos, ces grandes pages durent près d’une demie heure chacune, et ne manquent jamais de variété, ni d’intérêt. Soulignons d’ailleurs l’Adagio cantabile du quintette en do majeur, probablement la pièce la plus connue de Michael Haydn. Le dialogue en sourdine du violon et de l’alto a été souvent entendu au cinéma ou dans nos publicités télé. Cet air est un ravissement. Précisons que Haydn affectionnait particulièrement l’alto et lui a offert de très belles parties.

Les musiciens de Salzbourg, jouant sur instruments d’époque, soulignent autant par leurs timbres séduisants que par le plaisir communicatif, l’aspect pittoresque de cette musique aux profondes racines de l’Autriche d’autrefois.